Groupe de travail – juillet 2020

Rencontre informelle pour le rapport sur la sciences ouverte francophone au Canada. Participants : Joël Castonguay-Bélanger, Catherine Caws, Léna Diamé Ndiaye, Sébastien Goupil, Eleanor Haine-Bennett, Alexandre Jay, Shawn McGuirk, Sophie Montreuil, Arnaud Scaillerez et Fabio Balli.

Notes prises le 2 juillet 2020 par Fabio Balli.


Agenda

  1. Mot de bienvenue (Sophie Montreuil et Sébastien Goupil), 5 min.
  2. Ordre du jour
  3. Tour de table, 10 min.
  4. Rappel du mandat (Sophie Montreuil et Sébastien Goupil), 10 min.
    • regard sur les sciences ouvertes, coup de projecteur sur les milieux de la recherche francophone en contexte minoritaire
    • deux angles : réalité et opportunités à saisir pour tirer pleinement profit des sciences ouvertes
    • éclairages sur les enjeux de politiques publiques plutôt que des recommandations contraignantes
    • document d’une quinzaine de pages, succinct, précis, ouvert, avec une structure selon le modèle de la CC UNESCO, une contribution originale rapide pour nourrir la consultation et frapper à des portes (comité de rédaction déjà en place)
    • la CC UNESCO et l’Acfas s’engagent pour que ce travail soit porté à l’attention de l’écosystème afin d’aider au déploiement des mesures
    • un apport aux organismes subventionnaires (FRQ, CRSH, CRSNG, IRSC) sur ce qui peut être fait pour les chercheurs francophones en contexte minoritaire
    • il est actuellement très difficile d’attirer l’attention sur les initiatives du contexte francophone et d’aider à leur déploiement : nous voulons aider à dégager des modèles intéressants 
    • lien à faire avec le conseil d’administration de Acfas et le comité pancanadien de recherche (étude longitudinale sur la recherche francophone)
    • sciences sociales à valoriser
  5. Discussion, 50 min.
    • questionnaire interactif sur AhaSlides (Fabio Balli, voir ci-après)
    • notes ci-dessous
  6. Calendrier de travail, 5 min.
  7. Prochaine rencontre, 5 min.
  8. Divers, questions, 5 min.

Questionnaire interactif

Afin de faire un tour de table des connaissances sur les sciences ouvertes, cinq questions ont été posées aux participant·e·s, qui ont pu répondre via leur téléphone / ordinateur et voir en direct les réponses collectives.

Quels sont pour vous trois enjeux majeurs pour la recherche francophone au Canada ? – mots clé

  • visibilité 3x
  • communication 2x
  • partage 2x
  • promotion 2x
  • accessibilité
  • argent
  • collaboration
  • coûts
  • droit à la culture scientifique
  • échange
  • financement
  • plateformes francophones
  • reconnaissance
  • réseautage
  • soutien institutionnel
  • volonté

Comment définiriez-vous la science ouverte ? – ouvert

  • ensemble de savoirs ; de connaissances et de compétences que l’on souhaite soit approfondir, soit développer, par l’échanges ou le partage dans le but d’en offrir une diffusion universelle, gratuite, libre, égalitaire, accessible.
  • un espace offrant des possibilités de partage, collaboration, et co-participation qui respecte aussi les questions d’éthique et de respect de la vie privée
  • système qui permet le partage et la participation de tous dans la science, qui favorise la collaboration et l’itération du savoir
  • un ensemble de connaissances accessibles et gratuites pour l’ensemble de la communauté des chercheurs
  • la science ouverte touche toutes les formes de communication scientifique, notamment les publications, les données et les logiciels, mais aussi l’accès au matériel, à l’équipement et à leur utilisation
  • un instrument permettant d’accéder à l’ensemble des résultats de la recherche à travers le monde et dans toutes les langues.
  • La science ouverte renvoie à des attitudes, des compétences et des postures indispensables pour trouver ders réponses à des questions

Quelle est la différence entre logiciel libre (free software) et logiciel en source ouverte (open-source software)? – choix multiple

  • le logiciel libre est toujours gratuit 4x → faux
  • le logiciel libre est toujours en source ouverte 1x → vrai
  • le logiciel en source ouverte est toujours gratuit 3x → faux
  • le logiciel en source ouverte est toujours en source ouverte 5x → vrai

Réponse : tous deux sont en source ouverte et peuvent être vendus. C’est la philosophie derrière les deux approches qui diffère : le libre promeut la liberté de l’utilisateur d’utiliser et modifier le logiciel, alors que l’open-source promeut la capacité technologique à accéder au code pour en améliorer la qualité.

Quelles ressources connaissez-vous en lien avec les sciences ouvertes ? – ouvert

Quel changement concret dans votre quotidien serait un signe de succès de la science ouverte ? – ouvert

  • un encadrement de la crédibilité du contenu des données.
  • un plus grand soutien des institutions pour les publications ouvertes
  • reconnaissance institutionnelle (et des pairs) des plateformes de diffusions de la science ouverte
  • voir plus d’articles en français être publiés et partagés par les chercheurs et chercheuses, les maisons d’édition et les universités.
  • être capable de visionner n’importe quel article, quand je veux!
  • une plus grande confiance du public dans la science
  • décloisonnement des disciplines dites scientifiques

Notes

Quelques éléments discutés.

  • le niveau de littératie scientifique contribuet à l’avancée des pratiques professionnelles – visibilité des savoirs construits – Partage des données – accessibilité des données – décloisonnement des disciplines dites scientifiques (Ndiaye)
  • information sur le droit d’archivage des publications (avant ou après édition) : SherpaRomeo (Fabio)
  • liste de journaux en accès libre : DOAJ
  • déclaration de San-Francisco sur l’évaluation de la recherche : DORA
  • indicateurs de partage sur les réseaus sociaux : ImpactStory
  • un autre facteur incitatif: quand les universités décident de ne pas payer pour l’accès institutionnel à une boite de journeaux comme Elsevier
  • plateforme de publication ouverte à McGill: MNI openresearch et serveur de dépot eScholarship
  • politique sur la gestion des données : ébauche (Shawn)
  • À l’Université de Moncton, pas encore d’incitatifs réels dans ma discipline (gestion). Au niveau provincial, pas encore de réflexions posées, mais le Fonds de l’innovation du Nouveau-Brunswick est ouvert au sujet. (Arnaud)
  • L’université Victoria a une bonne tradition de recherche en humanités numériques, mais la majorité du travail est en anglais (Catherine)
  • faire des liens avec l’Agence universitaire francophone ?
  • revues anglophones vs francophones : les revues ouvertes sont-elles perçues moins légitimes ? besoin d’évaluations sur la légitimité, la reconnaissance sociale, les incitatifs
  • quid des sujets d’actualité, la démocratisation, temps de lecture vs article approfondi ?

Ce contenu peut être partagé et adapté sous certaines conditions : voir la page crédits.

Citation : Balli Fabio. Groupe de travail – juillet 2020. Favoriser la recherche avec les sciences ouvertes 2020; 7. ISSN 2563-5905. https://sciencesouvertes.hypotheses.org/158


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.