Entrevue avec Roseann O’Reilly Runte, PDG de la Fondation canadienne pour l’innovation

Entrevue informelle réalisée le 14 septembre 2020 avec Roseann O’Reilly Runte, présidente-directrice générale de la Fondation canadienne pour l’innovation et ancienne présidente de la Commission canadienne pour l’UNESCO, membre de l’Entraide universitaire mondiale du Canada. Par Fabio Balli. Transcription à partir de notes, validée.


Informations récoltées avant l’entrevue

« En 2015, l’intensité de la recherche et développement au Canada – soit les dépenses brutes en pourcentage du PIB – était de 1,7 %, bien en deçà de la moyenne de 2,4 % des pays de l’Organisation de coopération et développement économiques. De plus, ce pourcentage représente moins de la moitié des 4 % investis par les pays champions en recherche » (feuille de route)

La Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) a pour mandat de « renforcer la capacité des universités, des collèges, des hôpitaux de recherche et des établissements de recherche à but non lucratif du Canada, de mener des activités de recherche et de développer des technologies de pointe pour le bénéfice de la population canadienne. […] Elle finance habituellement jusqu’à 40 pour cent des coûts d’un projet. » (plan directeur).

La FCI a financé des projets à hauteur de 364 millions / an en moyenne depuis 1997 (projets). En 2019, son financement devient partie des investissements annuels du gouvernement, avec un budget prévu de 462 millions / an en 2023 (plan directeur).

Erudit est sans doute l’une des contributions les plus importantes de la FCI sur les aspects francophones (échange courriel). Érudit a reçu 4.1 millions de la FCI pour 2017-2021, soit 79 millions / an (Érudit).

Le site FCI ne mentionne pas la science ouverte, hormis dans un article de 2013 : Comparer des pommes avec des pommes.

La FCI et les sciences ouvertes

ROR – Les Instituts de recherche en santé du Canada et la Fondation canadienne pour l’innovation ont signé une entente pour le libre accès durant le COVID-19. La Fondation finance et guide des projets de sciences majeurs tels que la recherche nucléaire, le brise-glaces, des télescopes (Super Darn), ainsi que l’infrastructure des institutions publiques, pour un budget de quelque 400 millions de dollars canadiens. Divers comités évaluateurs composés de pairs évaluent la qualité des projets soumis.

« La Fondation finance et guide des projets de sciences majeurs tels que la recherche nucléaire, le brise-glaces, des télescopes (Super Darn), ainsi que l’infrastructure des institutions publiques, pour un budget de quelque 400 millions de dollars canadiens. »

Roseann O’Reilly Runte

FB – Les présidents d’autres fonds fédéraux ont dit avoir de la peine à recruter des chercheurs francophones, en est-il de même pour la FCI ?

ROR – Non, nous n’avons pas de difficulté à trouver des évaluateurs. Tout se fait au niveau mondial. La dernière série d’évaluations a été organisée par vidéoconférences uniquement, et s’est très bien passée.

FB – Qu’en est-il du soutien aux infrastructures de sciences ouvertes – répertoires de données, infonuagique, outils collaboratifs ?

ROR – La FCI ne finance pas des individus, mais des projets ou institutions. Alors que les conseils de recherche peuvent demander aux individus ou aux équipes de signer des engagements de diffusion libre lorsqu’une initiative est financée, nous pouvons seulement demander aux installations, universités ou hôpitaux de surveiller qui utilise les équipements et dans quelle mesure les données résultantes sont diffusées en accès libre. Nous sommes en discussion pour définir des règles et faire le suivi. Il y a deux défis : les utilisateurs des installations ne sont pas forcément affiliés aux organisations qui gèrent ces installations, et ces dernières manquent de capacité pour suivre ce que font les centaines de chercheurs des données générées. Nous pensons que ce suivi est une très bonne idée, mais nous devons trouver la méthode adéquate d’y arriver.

« nous pouvons seulement demander aux installations, universités ou hôpitaux de surveiller qui utilise les équipements et dans quelle mesure les données résultantes sont diffusées en accès libre. […] Nous pensons que ce suivi est une très bonne idée, mais nous devons trouver la méthode adéquate d’y arriver. »

Roseann O’Reilly Runte

Il y a eu des discussions au Québec sur les avantages et inconvénients du libre accès pour les publications de langue française. Le défi est le même pour presque toutes les publications au Canada, qui reste un petit pays dans le monde de la recherche. Nous avons besoin d’avantager les revues canadiennes ; sinon elles disparaîtront et les chercheurs auront moins d’accès pour publier hors des journaux internationaux alors que d’autres pays vont avoir une double chance de publier chez eux et à l’international. Certains disent que cela va créer un problème, d’autres non. Une solution est peut-être de privilégier les publication locales en leur offrant la possibilité de publier les articles avant de les rendre universellement accessibles. Nous avons besoin de faire des calculs, et de protéger les chercheurs tout en rendant accessible les données.

Un autres problème existe dans le domaine de la santé, qui est financée par les provinces, avec des règlements et des pratiques de gestion différents. Par exemple, le Canadian Research Data Center Network à McMaster relie une quarantaine d’institutions et offre aux chercheurs un accès aux points de données. Ce projet très valable a cependant requis beaucoup de temps pour négocier les ententes nécessaires.

FB – Qu’en est-il du soutien aux initiatives francophones ?

ROR – Les chercheurs peuvent postuler dans les deux langues. Il n’y a pas de programme spécifique en français mais bien des programmes francophones, comme Erudit, ont reçu des subventions.

FB – Vous avez écrit sur les sciences citoyennes dans votre blog. Ces initiatives sont-elles représentées, en augmentation dans les demandes ?

ROR – Il existe beaucoup de projets subventionnés qui impliquent des citoyens scientifiques. Par exemple, une subvention a récemment été accordé à un centre qui rassemble la communauté autochtone à l’université à Winnipeg. Dans le contexte de la pandémie, on trouve un assez grand nombre de bénévoles, surtout au Québec, qui participent à des projets de recherche très importants.

FB – A propos du matériel ouvert : la FCI a publié une étude sur l’impact de imagerie médicale en 2013 (79 mio investis par an). Des économies majeures pourraient cependant être réalisées si l’on développait collectivement des scanners librement reproductibles et améliorables, plutôt que des scanners produits par des entreprises qui empêchent quiconque de les améliorer (Moritz et al.). Quelle est votre vision ?

ROR – Tous les projets financés le sont à 40% par la FCI. Les 60 % restant proviennent de fondations, d’organisations sans but lucratifs, des gouvernements fédéral ou provincial, de l’industrie et du commerce. La FCI vise à faire un mariage entre la communauté et les chercheurs. Tout l’équipement financé est utilisé et accessible non seulement aux chercheurs mais aux représentants du monde de l’industrie, de commerce et aux groupes travaillant pour l’action sociale, à quelques exceptions près. Nous avons mis en place un site web, le Navigateur, qui recense plus de 700 laboratoires. Par exemple, si vous avez besoin d’un Synchrotron, le Navigateur vous informe où celui-ci se trouve, qui sont les responsables, les personnes de contact, et possiblement les coûts. Pour ce qui est des exceptions, certains équipements très délicats et dispendieux, par exemple en médecine de précision ou en génomique, ont un accès limité aux chercheurs spécialisés. La FCI encourage l’ouverture des infrastructures à un large public, en enseignant et en impliquant la population. Par exemple, des groupes autochtones sont impliqués dans la collecte de données et la rédaction de rapport de l’Ocean Network à Victoria, et des jeunes sont invités à participer à l’Ocean Tracking Network pour identifier et compter différentes espèces de poissons.

« le Navigateur […] recense plus de 700 laboratoires […] La FCI encourage l’ouverture des infrastructures à un large public […]. Par exemple, des groupes autochtones sont impliqués dans la collecte de données et la rédaction de rapport de l’Ocean Network à Victoria »

Roseann O’Reilly Runte

FB – Comment se situe le Canada au niveau de l’équipement de recherche, par rapport à d’autres pays ?

ROR – Si l’on demande aux chercheurs, il manque toujours de l’équipement. Et ils ont raison. En tant que rectrice, je disais que si, un jour, il n’y avait plus de besoins, ce serait le jour où l’on n’avait pas assez d’imagination et d’énergie. Il y a 20 ans, la FCI a commencé à financer des projets en intelligence artificielle : en 1990 on voyait de bonnes idées, de nouvelles idées, interdisciplinaires qui ont permis le développement de ce domaine. J’encourage les chercheurs à rêver, et on va les aider à réaliser ces rêves. Ainsi, les chercheurs vont réussir à faire une importante contribution à un monde meilleur.

FB – J’ai lu que vous étiez engagée dans des initiatives de développement international. La FCI demande-t-elle un engagement par rapport aux équipements désuets – réutilisation, recyclage, etc. ?

ROR – L’institution qui obtient des fonds accepte la responsabilité pour l’avenir de l’équipement, après la phase de recherche. Elle peut donner l’équipement à des écoles, des Territoires du nord, d’autres pays. Lorsque j’étais rectrice par exemple, nous donnions les anciens ordinateurs en Europe de l’Est vu qu’il y avait un manque d’équipement dans cette région. Les projets financés ont parfois lieu au Canada, mais aussi à l’international – pour un grand télescope par exemple –, et l’équipement financé peut aussi être transporté pour faire de la recherche dans d’autres pays, par exemple lors de la crise d’Ebola. Il y a beaucoup de changements depuis 20 ans, les projets deviennent toujours plus gros, notamment en santé et en environnement où les enjeux sont internationaux. Nous avons besoin de talents et de connaissances internationaux. Il faut tenir compte de la migration des chercheurs. Nous avons par exemple signé des ententes avec l’Angleterre, et je fais partie du comité de pilotage pour l’Agence nationale de recherche en France également. Tous les deux ans, nous nous réunissons lors d’un colloque inter-pays sur l’infrastructure afin d’aborder les enjeux communs [le prochain colloque aura lieu au Canada]. Lors du dernier colloque qui a eu lieu en Autriche, la question de sciences ouvertes a été posée.

FB – Sur le plan des politiques publiques, quel élément vous semble le plus important actuellement ?

ROR – Il est important de regarder les bénéfices et l’importance du partage, de l’encourager, et aussi de respecter et accommoder les chercheurs, les traditions et le règlements des différentes nations. Si l’on fait un règlement que les gens ne peuvent suivre, le règlement ne va pas tenir. Nous devons donc être compréhensifs et inclusifs dans les propositions que nous faisons.

FB – Merci.


Ce contenu peut être partagé et adapté sous certaines conditions : voir la page crédits.

Citation : Balli Fabio. Entrevue avec Roseann O’Reilly Runte, PDG de la Fondation canadienne pour l’innovation. Favoriser la recherche avec les sciences ouvertes 2020; 2. ISSN 2563-5905. https://sciencesouvertes.hypotheses.org/25


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.