Entrevue avec Vincent Larivière, représentant du Canada pour les sciences ouvertes à l’UNESCO

Entrevue informelle réalisée le 6 août 2020 avec Vincent Larivière, représentant du Canada pour les sciences ouvertes à l’UNESCO et chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante à l’université de Montréal. Par Fabio Balli. Transcription à partir de notes, validée.


Parler de science ouverte est trop imprécis, il y a certaines dynamiques plus simples que d’autres, typiquement les enjeux associés au libre accès par rapport aux données ouvertes. Je vois plusieurs dimensions importantes.

Libre accès

La première dimension est le libre accès, une sorte de degré zéro, qui vise à rendre visible les résultats de recherche aux autres scientifiques et au grand public. Cette partie est déjà bien entamée : une majeure partie des contenus sont aujourd’hui en libre accès, cela est intégré dans les mandats des organismes et universités, et il y a eu une prise de conscience des chercheurs. Parfois cette transition est plus spontanée que d’autres, typiquement les disciplines de l’ingénieurie et de la chimie, contrôlées par certaines sociétés savantes comme l’American Chemistry Society ou l’Institute of Electrical and Electronics Engineers.

Nous devons faire attention à la forme et à qui contrôle le libre accès. Cela doit se faire de façon juste, à juste prix et à partir d’infrastructures à but non lucratif. Il nous faut éviter de renforcer le rôle des éditeurs commerciaux, mais réinvestir dans les infrastructures collectives. Les brésiliens ont été pionniers depuis vingt ans avec SciELO, et l’Amérique latine avec Redalyc. Au Québec, nous avons développé Erudit, en France il y a Open Edition. Des raisons historiques ont fait que les langues latines sont plus en avance dans ce domaine : lors de l’ère numérique il y a 25 ans, il y a eu des mouvements de masse chez les revues américaines, qui ont été achetées par des éditeurs commerciaux. Les autres revues ont été laissées pour compte, et se sont alors organisées comme éditeurs indépendants, avec le soutien d’infrastructures publiques. L’enjeu de réappropriation de l’infrastructure est donc davantage anglophone.

« Il nous faut éviter de renforcer le rôle des éditeurs commerciaux, mais réinvestir dans les infrastructures collectives. »

Vincent Larivière

Par exemple, pour le Journal of infometrics, des membres du comité éditorial souhaitaient mettre en place un accès libre. Les membres ont rencontré les chercheurs publiant dans la revue, qui soutenaient le libre accès. Ils ont ensuite soumis aux responsables de la plateforme de publication Elsevier trois conditions pour que le comité reste en place. Elsevier a refusé, et il y a eu une démission en bloc du comité, qui a alors fondé une nouvelle revue en accès libre sur la plateforme du MIT : Quantitative Science Studies. Les frais de publication sont ainsi passés de 2000 à 800 USD – somme alouée uniquement au traitement des articles. Nous avons en fait obtenu une subvention qui a financé les frais pour les trois premières années du journal. Elsevier a conservé la revue fermée, en nommant une nouvelle éditrice en chef.

Sur la diffusion des articles avant publication (archivage), ce n’est pas commun dans les sciences sociales et humaines, mais cette pratique devrait prendre de plus en plus place. Le libre accès n’a que des bénéfices individuels et collectifs. Si l’on est prêt à réduire la diffusion de résultats pour maintenir une société savante, cette société a un problème de mission, une incohérence a gérer…

Données ouvertes

Une deuxième dimension est l’accès aux données de recherche, qui est plus complexe. Il y a un plus bas niveau d’adoption mais l’enjeu est de plus en plus important, et le COVID-19 a exacerbé ce besoin.

Alors que la diffusion des connaissances fait partie des valeurs intrinsèques des chercheurs, l’accès aux données de recherche n’est devenu important que récemment. Les chercheurs sont réticents à partager leurs données vu le temps qu’ils investissent à les colliger, et que cela permettrait à d’autres chercheurs d’être plus productifs sans avoir à faire ce travail…

« Il y a des communautés exemplaires qui ont mis en place des standards pour la collecte de données avec des logiciels comme R ou Python, des systèmes de cahiers de laboratoires en ligne »

Vincent Larivière

Il y a des débats à propos des « chercheurs parasites » dans les éditoriaux de NEJM et JAMA . Si l’on veut confirmer un résultat de recherche, on doit réaliser un nouveau travail empirique de données. Dans le domaine des sciences sociales, il y a une pratique usuelle de supprimer les données après analyse. Cela est en contradiction totale avec le dépôts de données. Alors que l’on peut penser des politiques de libre accès uniformes pour les publications, cela semble plus difficiles pour les données. On doit aussi réfléchir aux formats. Il y a des communautés exemplaires qui ont mis en place des standards pour la collecte de données avec des logiciels comme R ou Python, des systèmes de cahiers de laboratoires en ligne… mais l’adoption est encore faible. La politique des Trois Conseils prend du temps. Au niveau médical, il y a les enjeux de sécurité des données personnelles ; en sciences naturelles, il n’y a pas d’enjeu éthique associé à la diffusion des données ; et en sciences sociales il y a d’immenses enjeux éthiques qui sont débattus, et il y a une certaine résistance. L’ouverture des données est parfois également opposée aux pratiques que les comités éthiques ont mis en place.

Evaluation par les pairs ouverte

Une troisième dimension est l’accès aux évaluations, qui n’est historiquement pas ouvert. L’open peer review a plusieurs significations : révision en double aveugle ou contenu ouvert de l’évaluation. Dans ce cas le degré d’adoption est très faible. Le double aveugle a été mis en place pour mitiger les biais. Cet anomymat fait que les évaluateurs vont donner une critique plus directe, mais pas toujours appropriée et constructive.

Je ne sens pas un immense appétit à l’évaluation ouverte sans anonymat, ni à une diffusion ouverte des évaluations. Le COVID-19 a rendu l’évaluation plus importante : on voit par exemple que l’évaluation des papiers de Didier Raoult était très marginale. D’autre part, on voit F1000 qui est la quintescence de l’évaluation ouverte, avec cependant un grand problème : les manuscrits sont validés mécaniquement dès que deux réviseurs les ont acceptés, et il n’y a donc plus de décision éditoriale ni d’éditeur en chef. Il suffit alors de trouver deux personnes qui vont accepter un papier pour qu’il soit publié. C’est en quelque sorte un contre-argument à la transparence. Aujourd’hui, F1000 n’a pas énormément de capital pour la plupart des domaines, et demeure un modèle commercial privé, même s’il est plus juste et transparent.

Dans tous les cas, l’important est de rester critique face à l’évaluation par les pairs, qui n’est pas infaillible. Entre un article non-évalué et évalué il y a un filtre, mais cela ne fait pas qu’un article faux devienne vrai… ce n’est pas le point de bascule.

Une nouvelle forme d’évaluation est proposée par la revue Plos ONE. Ce que la revue vise n’est pas de décider si l’article est bon pour la revue, mais si la méthode est appropriée, sound, et quelle est l’analyse que les auteurs font entrent dans cette méthodologie. Cela évacue des aspects que des revues comme Nature ou Science vont refuser parce que ce n’est pas assez intéressant. Plos a débuté avec un immense capital de sympathie, mais l’intérêt a diminué car passablement d’articles sans intérêt prépondérant sont publiés…

« Une nouvelle forme d’évaluation est proposée par la revue Plos ONE. Ce que la revue vise n’est pas de décider si l’article est bon pour la revue, mais si la méthode est appropriée. »

Vincent Larivière

Dans le monde francophone, la logique linguistique est indissociable des disciplines de recherche, principalement dans les sciences sociales et humaines. Je n’ai jamais vu d’évaluations ouvertes dans ces domaines. Il est nécessaire de voir à quels besoins cela répond dans des domaines cumulatifs. Dans les domaines où il y a plusieurs paradigmes, cela a sans doute moins de valeur que dans les sciences naturelles ou médicales. Les revues en autres langues que l’anglais ont un plus gros déficit de capital au niveau de leur réputation.

Pour ce qui est de l’infrastructure, il existe bon nombre de solutions commerciales, de systèmes de données ouvertes qui sont gratuites. L’enjeu des données de recherche n’est pas technologique, mais plutôt lié aux pratiques et incitatifs. Typiquement, les sociologues ne partagent pas les données car les comités éthiques ne le font historiquement pas et que c’est à leur désavantage de le faire. Nous devons réfléchir à la question de l’ouverture. L’ouverture est généralement considérée comme positive, mais si je ne suis pas capable de dire ce que je pense vraiment d’un manuscrit parce que l’évaluation n’est plus anonyme, le combat n’est pas gagné. En sachant que la fermeture totale a des désavantages, ils nous faut trouver un mode d’évaluation le plus juste possible.

On devrait exiger que les données soient disponibles en cas de controverse, par exemple lors de la rétractation par Lancet de l’article qui a mené au arrêt des essais sur l’hydroxychloroquine. L’enjeu principal actuellement est l’aspect compétitif de la communauté scientifique : nous avons des ressources limitées et une compétition très forte.

Science citoyenne

Une quatrième dimension est celle de la science citoyenne : qui participe aux activités de recherche et aide à déterminer les priorités scientifiques. Cela existe depuis longtemps via des représentants tels que des élus, les fondations privées, les lobbies, etc. L’enjeu est quelque peu en opposition avec la liberté académique du chercheur. Une bonne partie des politiques des années 1970-80 a mis l’accent sur la liberté de recherche pour une meilleure efficacité.

Sur la participation aux activités de recherche, nous avons des exemples historiques, notamment dans les recherches observationnelle telles que l’astrologie ou l’ornithologie, où il y a toujours eu des passionnés, étudiants ou retraités experts qui ont contribué. Il y a trois niveaux d’expertises : les experts qui sont dans la profession et les amateurs qui sont en contact avec les experts et se professionnalisent doivent être distinguer des dilettantes, qui n’ont pas de méthode ni de structure pour leur contribution.

« dans les recherches observationnelle telles que l’astrologie ou l’ornithologie, […] il y a toujours eu des passionnés, étudiants ou retraités experts qui ont contribué »

Vincent Larivière

Pour ces derniers, nous devons favoriser le transfert de connaissances, assurer une bonne entente entre science et société, préparer la relève. Ce n’est pas un dialogue qui se fait d’égal à égal, sinon on pert le contexte d’énoncé scientifique. On doit faire attention au glissement où tout le monde pourrait participer… sur la partie scientifique, on ne peut pas se passer de l’expertise avec une certaine restriction. On a l’exemple de l’hydro-chloroquine… L’éducation entre en ligne de compte, et l’on doit aller vers des systèmes plus égalitaires pour chercher et développer l’expertise. Le grand public doit ainsi pouvoir accès aux publications.

Au niveau de l’équipement ouvert, c’est très disciplinaires et national, mais je n’ai pas un avis aussi informé sur ce sujet.


Articles pour aller plus loin


Ce contenu peut être partagé et adapté sous certaines conditions : voir la page crédits.

Citation : Balli Fabio. Entrevue avec Vincent Larivière, représentant du Canada pour les sciences ouvertes à l’UNESCO. Favoriser la recherche avec les sciences ouvertes 2020; 5. ISSN 2563-5905. https://sciencesouvertes.hypotheses.org/38


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.