Entrevue avec Philippe Dubois, co-fondateur de la revue Regards politiques

Entrevue informelle réalisée le 3 août 2020 avec Philippe Dubois, co-fondateur et directeur de la revue Regards politiques à l’Université Laval. Par Fabio Balli. Transcription à partir de notes, validée.

FB – Comment a démarré la revue Regards politiques ?

PHD – La revue a été lancée par trois étudiants entre le baccalauréat et la maîtrise par trois membres : nous avions les mêmes questions sur les publications, étions tous francophones et de première génération universitaire.

Dans le paradigme publish or perish, on ne savait pas par quel bout débuter. Il manquait une première marche dans la science politique francophone par rapport à la science politique anglophone, où les professeurs recommandent les meilleurs travaux pour publication dans des revues départementales. On a lancé un projet de revue gérée par les étudiants pour nous initier à la publication scientifique et pour initier d’autres personnes à l’édition savante : processus de revue éditoriale, etc. Dès le début, on a choisi le libre accès pour ouvrir au plus grand nombre.

« Il manquait une première marche dans la science politique francophone […]. On a lancé un projet de revue gérée par les étudiants pour nous initier à la publication scientifique et pour initier d’autres personnes à l’édition savante […]. Dès le début, on a choisi le libre accès pour ouvrir au plus grand nombre. »

Philippe Dubois

Il existe la revue Politique et Sociétés diffusée sur Érudit, très dynamique, qui ouvre aux étudiants, avec un embargo de douze mois ; une petite revue en libre accès en Colombie Britannique, la Canadian Political Science Review ; et dans une moindre mesure la Revue canadienne des sciences politiques publiée par Cambridge University Press, bilingue, qui est en accès fermé et permet un partage postprint après douze mois ; mais il n’existe pas de revue étudiante qui permette de s’initier sans directement aller dans la « cour des grands ».

FB – Comment avez-vous fait connaître le projet ?

PHD – Nous avons fait un premier appel à contributions via divers réseaux, des associations professionnelles, des directions de programmes en sciences politiques, sur Calanda [calendrier de sciences humaines et sociales], les sites web, les médias sociaux. Il y a eu un retour important de chercheurs, pas seulement d’étudiants, québécois mais aussi français, belges, africains. Nous avons été surpris qu’il y ait autant de chercheurs établis intéressés à soumettre un texte dans le premier numéro d’une revue étudiante, cela montrait qu’il y a un réel besoin.

En regardant les statistiques du site, nous voyons que les courriels sont partagés par des réseaux de gens organisés, et diffusés en moins de 24 heures.

« Nous avons été surpris qu’il y ait autant de chercheurs établis intéressés à soumettre un texte dans le premier numéro d’une revue étudiante, cela montrait qu’il y a un réel besoin. […] les courriels sont partagés par des réseaux de gens organisés, et diffusés en moins de 24 heures.»

Philippe Dubois

FB – Et vous publiez uniquement au format numérique ?

PHD – Après deux volumes en version papier, nous sommes passés uniquement à une version électronique pour réduire les coûts de production. Nous produisons un à deux numéros par années, qui sont regroupés en volumes pour être plus en phase avec ce qui se fait désormais dans le monde de l’édition scientifique (publication en continu en format numérique).

FB – Le libre accès était un élément essentiel pour vous ?

Le libre accès est un argument intéressant pour les auteurs mais la priorité est le besoin de publier. L’argument francophone prime : les revues nord-américaines de sciences politiques en français sont rares. On a aussi monté un document pour parler des droits et de l’auto-archivage pour aider les auteurs à promouvoir et diffuser les textes, cela semble porter ses fruits à 50 %. Pour l’édition, on a les mêmes standards que d’autres revues du domaine.

FB – Comment avez-vous financé la revue ?

PHD – Au début, on a mobilisé des subventions du Département de science politique, de la Faculté des sciences sociales, de la Fondation et du Bureau de la vie étudiante de l’Université Laval. Il y a eu une prise de contact avec la Société québécoise de science politique, qui nous a financés à hauteur de 500 dollars.

Cela a généré un fonds de commerce pour éditer les premiers numéros et les actes du colloque. Au niveau du comité, on est tous bénévoles et minimalement débrouillards. Ce qui coûte cher, c’est la révision linguistique qui se fait à l’externe, mais les textes sont largement revus par les éditeurs pour réduire les coûts.

FB – Et pour la suite ?

Une réflexion est en cours sur la suite : nous somme la revue étudiante de science politique non départementalisée qui a duré le plus longtemps au Québec à notre connaissance, et les deux autres fondateurs ont quitté le monde académique. D’ici les cinq ans de la revue, soit 2021, le défi est de passer le flambeau. Une option est de créer un comité et de départementaliser la revue pour assurer une continuité institutionnelle. C’est plutôt comme l’édition il y a trente ans, un petit comité actif plutôt que trop de diversité. Le département peut aussi pallier à une communauté étudiante moins forte : l’association étudiante a déjà beaucoup à gérer et peu de forces vives prêtes à reprendre le flambeau alors qu’elle a déjà de la misère à recruter pour des colloques. Il n’y a pas de mouvement spontané.

Nous nous sommes aussi associés au Centre d’analyse des politiques publiques de l’Université Laval pour publier leurs actes de colloque. Nous faisons aussi un travail d’accompagnement substantiel pour accompagner les auteurs dans leurs textes – ce qui fait partie de notre mission.

« le défi est de passer le flambeau. Une option est de créer un comité et de départementaliser la revue [… Cela] peut aussi pallier à une communauté étudiante moins forte […] Nous nous sommes aussi associés au Centre d’analyse des politiques publiques de l’Université Laval pour publier leurs actes de colloque.»

Philippe Dubois

FB – Quels enjeux et pistes pour favoriser les publications en français ?

PHD – Il  y a eu une comparaison des publications francophones et anglophones (québécoises, françaises et Ottawa) en sciences politiques en 2012 qui montre un désavantage à publier en français vu les citations. Comme c’est la reconnaissance par les pairs qui fait la carrière dans la monde académique, il est important de ne pas encourager la discrimination envers les publications en français comparativement aux publications en anglais.

La science politique mondiale se communique principalement en anglais, alors qu’elle se pratique dans une multitude de langues. […] Nous avons voulu explorer l’impact de la langue de publication des travaux savants des chercheurs francophones de France et du Québec sur leur performance en recherche telle qu’elle est mesurée par Publish or Perish sur la base des travaux répertoriés par Google Scholar. […] Ceux qui publient surtout en français publient moins et sont moins cités que les autres. D’autres facteurs sont reliés à la performance : le genre, l’expérience et le milieu.
Extrait de Langue de publication et performance en recherche.

On doit sensibiliser l’ensemble de la communauté universitaire (chercheurs, étudiants, etc.) qu’une publication en français n’est pas moins bonne, qu’il comprennent à quoi servent les métriques, et que les facteurs d’impact n’évaluent pas la qualité du contenu publié. Nous devons revaloriser la publication en français, et le rôle du chercheur dans l’environnement dans lequel il évolue.

« On doit sensibiliser l’ensemble de la communauté universitaire […] qu’une publication en français n’est pas moins bonne, qu’il comprennent à quoi servent les métriques, et que les facteurs d’impact n’évaluent pas la qualité du contenu publié. […] Les chercheurs sont redevables à la société qui offre un filet social qui permet de faire de la recherche. »

Philippe Dubois

Les chercheurs sont redevables à la société qui offre un filet social qui permet de faire de la recherche. On doit faire une contribution aux savoirs locaux, ne serait-ce que publier un article en langue française de temps en temps. Parfois, j’ai de la misère à trouver des lectures en français pour des sujets communs… même par des chercheurs locaux reconnus. Nous avons besoin de traductions, de contenus vulgarisés.

FB – Avez-vous pensé faire une revue bilingue ?

PHD – Actuellement, pour plusieurs chercheurs, le libre accès en français semble moins intéressant qu’un accès fermé en anglais. Notre désir est de devenir un espace de savoir francophone, pas une revue qui passe son temps à chercher des textes en français parce qu’elle publie aussi en anglais. Notre apport est l’éducation à la recherche, créer un espace de publication pour des personnes qui n’ont pas une revue francophone pertinente dans leur champ de recherche précis, et aussi d’inclure des jeunes chercheurs dans diverses facettes de l’édition.

« Notre apport est l’éducation à la recherche, créer un espace de publication pour des personnes qui n’ont pas une revue francophone pertinente dans leur champ de recherche précis, et aussi d’inclure des jeunes chercheurs dans diverses facettes de l’édition.»

Philippe DUBOIS

Plus la revue évolue, plus les contenus se raffinent, avec un focus québécois et franco-canadien. Les articles sont principalement rédigés par des doctorants, postdoctorants et professeurs en début de carrière, rarement des étudiants de maîtrise ou de fin de baccalauréat. Et 50 % de personnes qui font les révisions sont au deuxième ou troisième cycle. On ne doit pas perdre de vue ce que les autres réalisent pour que l’on publie, la conception de communauté.

FB – Vous utilisez une licence Creative Commons canadienne. Pourquoi ?

PHD – Pour choisir la licence, nous avons regardé celles utilisées par d’autres revues similaires en libre accès et nous avons sélectionné la même licence, mais en adaptant le contexte national. Dans la foulée d’une éventuelle transition avec une nouvelle équipe de direction, cela serait certainement à approfondir et à raffiner.

« la Bibliothèque de l’Université Laval a été d’un support et d’une utilité sans borne […]. Ils nous ont conseillé, nous ont aidé avec le contrat d’édition que nous faisons signer aux auteurs [… Ce sont ] des ressources importantes, pertinentes, extrêmement informées et malheureusement trop souvent sous-estimées. »

Philippe Dubois

Je dois dire que le personnel de la Bibliothèque de l’Université Laval a été d’un support et d’une utilité sans borne lorsque nous avons démarré le projet. Ils nous ont conseillé, nous ont aidé avec le contrat d’édition que nous faisons signer aux auteurs, ils nous ont inclus dans une consultation sur l’édition savante à l’Université Laval avec d’autres revues publiées ici, etc.

Ils ont été (et sont encore, notamment certainement sur la question éventuelle de la licence CC) des ressources importantes, pertinentes, extrêmement informées et malheureusement trop souvent sous-estimées. Ils ont une bonne équipe de droit d’auteur / publication savante / conseil qui touche les questions de science ouvertes et de diffusion.

FB – Merci.


Ce contenu peut être partagé et adapté sous certaines conditions : voir la page crédits.

Citation : Balli Fabio. Entrevue avec Philippe Dubois, co-fondateur de la revue Regards politiques. Favoriser la recherche avec les sciences ouvertes 2020; 13. ISSN 2563-5905. https://sciencesouvertes.hypotheses.org/544


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.