Contribution de Karine Abadie, professeure de cinéma et de littérature à l’Université Memorial

Contribution partagée le 4 septembre 2020 par Karine Abadie, professeure de cinéma et de littérature à l’Université Memorial (Terre-Neuve-et-Labrador).


Je note dans ce document différentes idées associées à mon travail et à mon expérience des sciences ouvertes.

Peut-être indiquer avant toute chose que je suis professeure de littérature et cinéma français dans un département qui fonctionne en anglais (malgré l’enseignement de l’espagnol, le russe, l’allemand, l’italien, l’irlandais, le japonais) et qui s’inscrit dans une institution anglophone. Mon milieu de travail rapproché (mon département) a tendance à mettre sur un même pied d’égalité les différentes langues enseignées, oubliant régulièrement le bilinguisme canadien. Dès lors, la défense de la langue française est importante et la revendication du droit à la recherche en français est nécessaire.

Les sciences ouvertes me sont toujours apparues comme une évidence, mais dans le contexte où j’évolue professionnellement – du fait de la distance –, elles se sont transformées en nécessité. Si je prends l’exemple des revues scientifiques auxquelles la bibliothèque souscrit, les abonnements sont limités et les abonnements à des revues francophones en arts et lettres ne sont aucunement prioritaires. Dès lors, la veille et l’actualisation des connaissances dans mes champs de recherche spécifiques (la littérature française de l’entredeuxguerres et le cinéma muet des années 1920-1930) ne peuvent se faire qu’en ligne. L’éloignement de Terre-Neuve favorise aussi la présence numérique afin de développer des collaborations et d’échanger avec ses pairs, malgré une distance qui fait définitivement obstacle.

Ces particularités ont été des découvertes qui ont eu pour effet de redoubler me volonté de favoriser la diffusion de mes recherches et de mes travaux en ligne en utilisant préférablement des outils en libre accès.

Je mène des recherches en collaboration avec des étudiants à la maîtrise qui prennent appui, en termes d’outils, sur le logiciel de référencement bibliographique Zotero. Je l’utilise à la fois comme un espace de référencement, mais aussi comme une base de données. Lorsque le projet sur lequel je travaille sera avancé, une bibliothèque collaborative sera mise en ligne et accessible via mon carnet de recherche. J’ai travaillé sur un projet similaire lorsqu’étudiante au doctorat, j’ai participé à l’élaboration de la bibliographie du Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques de l’Université de Montréal.

À mon arrivée en poste à MUN, j’ai tenté de consigner l’avancement de mes recherches et les réflexions qu’elles produisent et suscitent sur un carnet de recherche. Il m’a permis de diffuser certaines découvertes faites en collaboration avec des étudiants. Mais cela me demande une régularité que j’ai de la difficulté à tenir. Je travaille actuellement à la refonte de ce carnet et en transférerai une partie de ses contenus sur la plateforme Hypothèses.

Je souhaite également contribuer à Wikipédia sur mes objets principaux de recherches. Cet aspect me semble aussi être un excellent moyen de collaboration avec des étudiants afin de les introduire aux problématiques d’éditorialisation associées aux humanités numériques.

Je tâche de faire un usage académique des réseaux sociaux pour diffuser mes recherches. Facebook et Twitter me sont évidemment utiles dans cette perspective. Cependant, j’ai tendance à plutôt utiliser Twitter pour la diffusion scientifique – je trouve la communauté scientifique plus active sur ce réseau. J’ai tenté d’utiliser Mastodon à son apparition, mais ce réseau ne s’adressait pas à la communauté que je cherchais à rejoindre.

Depuis cet été, mon université s’est enfin dotée d’un dépôt institutionnel, Dataverse. J’ai pour projet d’y déposer les articles/chapitres/contributions scientifiques susceptibles d’y être accueillis pour une diffusion plus large. Je terminerai en insistant sur la nécessité d’avoir une présence numérique spécifiquement lorsqu’aucune communauté de recherche n’existe pas à proximité (tant au niveau disciplinaire que linguistique). Il me faut encore imposer mes recherches en français dans mon environnement proche et ma formation continue ne peut absolument pas faire l’impasse sur ce qui se fait ailleurs. Ayant fait la majorité de mes études à Montréal, je n’avais pas anticipé, en déménageant à Terre-Neuve, ces deux aspects que je me dois désormais de considérer.


Ce contenu peut être partagé et adapté sous certaines conditions : voir la page crédits.

Citation : Balli Fabio (éd). Contribution de Karine Abadie, professeure de cinéma et de littérature à l’Université Memorial. Favoriser la recherche avec les sciences ouvertes 2020; 3. ISSN 2563-5905. https://sciencesouvertes.hypotheses.org/58


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.