Contribution de Jérôme Melançon, professeur de philosophie à l’université Régina

Contributions partagées les 2 et 28 septembre 2020 par Jérôme Melançon, professeur de philosophie à l’université Régina (Saskatchewan).


2 septembre, retour sur l’esquisse de rapport

  • Par rapport aux politiques publiques : vous limiterez-vous au Québec? S’il ne faut pas s’attendre à ce que les autres provinces lisent un rapport en français, il pourrait être utile d’intégrer une sous-section de recommandations pour chercheurs.ses en situation minoritaire. C’est peut-être déjà fait.
    Fabio Balli : le rapport est destiné à l’ensemble du Canada francophone, et sera aussi disponible en anglais.
  • La structure du rapport et du guide pratique me semble tout à fait pertinente.
  • Pour la page “Publication” par contre, je suggérerais de mettre l’aspect sciences ouvertes davantage en valeur, plutôt que de commencer avec l’aspect francophone. Ce sont deux aspects forts différents de la publication, et la question des sciences ouvertes est beaucoup moins discutée que celle de la publication en français. On voit aussi dans ces exemples (et je suppose qu’avec le temps de rédaction cela changerait) qu’il peut être difficile de trouver des suggestions pour ce qui touche au français.
  • Aussi pour “Publication” il faudrait faire attention à ne pas mélanger les genres et les questions. C’est peut-être encore une fois du fait que ce n’est qu’un exemple, mais du côté des citoyen.nes, on a surtout un développement des compétences, tandis qu’on a des pistes d’action plus concrètes pour les chercheurs.
  • Il me semble qu’il manque un aspect à ce tableau, qui se répètera pour un bon nombre de questions : celui des administrateurs.trices d’université, comités d’évaluation des pairs, etc., qui décideront souvent de la valeur du travail des chercheurs selon les revues où elles sont publiées. Les encourager à chaque fois à voir la valeur des revues à libre accès, plutôt que de regarder le facteur d’impact, serait important. Même chose pour les liens entre les publications à libre accès et les publications de popularisation qui y renvoient.
    Fabio Balli : Merci pour ces retours pertinents, qui seront pris en compte dans l’évolution du rapport.

18 septembre, apport suite à une rencontre du groupe de travail

Il serait utile de voir à la fois à une section spécifique à la recherche avec les peuples autochtones et suivant les méthodologies autochtones. Il est important de noter que ce ne sont pas tous les chercheurs, ni même la majorité de ceux et celles qui font de la recherche à propos des peuples autochtones qui suivent les méthodologies propres à leurs manières de savoir. D’où l’importance de parler à des chercheur.ses autochtones ou qui travaillent dans des institutions autochtones ou très autochtonisées. J’ai suggéré des noms de chercheur.ses de différentes nations pour donner aussi une diversité puisque les manières de savoir et les défis seront différents d’une communauté à l’autre. Il existe toutes sortes de défis liés à la propriété intellectuelle, au partage des données et résultats de manière accessible, à la co-publication avec les gardiens de la connaissance, à l’élaboration même des projets de recherche… beaucoup qui est lié à la responsabilité envers la communauté. Il y a des questions liées au brevetage de savoirs traditionnels par les compagnies pharmaceutiques je crois… Il y a aussi peut-être des questions qui se posent en relation aux exigences de l’accès libre, exigences qui auraient des effets différents et pourraient créer des défis différents dans ces contextes. 

Pour répondre à une question posée pendant la rencontre : les savoirs autochtones et la recherche auprès d’eux présentent une réalité qui leur sont propres. Une section à part serait donc de mise. Toutefois, plusieurs des questions qui se posent ailleurs se posent aussi dans ce domaine. Les modèles déjà définis et mis à l’épreuve pourraient aussi répondre à d’autres questions. Il y a donc lieu à les intégrer aussi au reste du rapport. À mon avis la question des savoirs autochtones et de l’ouverture devrait être posée de manière fondamentale et transversale dans le document – dans une section en soi tout en étant présente à divers endroits, là où c’est pertinent.

Il sera aussi utile d’avoir une rétroaction sur l’ensemble du rapport final d’un.e chercheur.se autochtone. Peut-être l’une des personnes que j’ai mentionnées te semblera mieux placée que les autres pour le faire après l’entrevue.
Fabio Balli : C’est une belle proposition et j’ai pris contact avec plusieurs des chercheur·se·s que tu m’as proposé·e·s pour développer cette partie.


Ce contenu peut être partagé et adapté sous certaines conditions : voir la page crédits.

Citation : Balli Fabio (éd). Contribution de Jérôme Melançon, professeur de philosophie à l’université Régina. Favoriser la recherche avec les sciences ouvertes 2020; 4. ISSN 2563-5905. https://sciencesouvertes.hypotheses.org/59


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.