Entrevue avec Ted Hewitt, président du Conseil de recherches en sciences humaines

Entrevue informelle réalisée le 24 août 2020 avec Ted Hewitt, président du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Par Fabio Balli. Transcription à partir de notes, validée.


FB – Quels sont les succès du CRSH par rapport aux sciences ouvertes ?

TH – Nous sommes très engagés et avons deux succès clés à notre actif : d’une part la politique des trois organismes sur le libre accès aux publications, implantée dès 2015 et qui fonctionne bien ; d’autre part l’ébauche de politique des trois organismes sur la gestion des données de recherche. Nous mettons actuellement plus l’accent sur la gestion des données pour commencer les discussions avec les chercheurs et autres parties prenantes, dans un échange constant. La communauté est très enthousiaste et veut participer au libre accès aux publications ; pour les données c’est un plus grand défi, mais cela va évoluer avec le temps, c’est une question d’éducation.

Il y a aussi un autre défi, soit la résistance des grandes entreprises qui veulent gagner de l’argent en maintenant un régime payant. Pour les associations savantes, aller vers un accès libre aux publications représente aussi un coût. Les sciences ouvertes représentent des personnes et besoins différents, par exemple un article peut être accessible gratuitement, mais la possibilité de l’imprimer, le copier ou le distribuer peut être payante. Il faut voir ce que l’on veut faire avec les sciences ouvertes et trouver des formes différentes de revenus pour appuyer les sciences ouvertes. Ce n’est pas que l’on n’a pas de moyens : les revues peuvent, par exemple, établir une période d’embargo de douze mois avec des frais d’accès. La science ouverte ne signifie pas que tout est gratuit tout le temps, il s’agit plutôt d’établir des règles d’accessibilité pour les utilisateurs qui en ont besoin.

« Il faut […] trouver des formes différentes de revenus pour appuyer les sciences ouvertes. Ce n’est pas que l’on n’a pas de moyens : les revues peuvent, par exemple, établir une période d’embargo de douze mois avec des frais d’accès. La science ouverte ne signifie pas que tout est gratuit tout le temps, il s’agit plutôt d’établir des règles d’accessibilité. »

TED HEWITT

FB – Le Wellcome Trust, qui est pionnier en sciences ouvertes, a décidé que l’ensemble des projets financés doivent diffuser leurs résultats en accès libre sans embargo. Prévoyez-vous cela ?

TH – Si d’autres moyens de payer les frais sont trouvés, c’est bon. Par exemple nous pouvons payer les frais opérationnels pour des revues sans but lucratif, mais pas pour des organismes lucratifs. Actuellement, le CRSH garantit que les articles sont librement accessibles après 12 mois ; cela reste à voir si, à l’avenir, ce délai se réduira. Une collaboration avec les bibliothèques et les organisations savantes est nécessaire.

FB – Quels sont les défis du CRSH par rapport aux sciences ouvertes ?

TH – Quasi tout le monde veut accéder aux données sans frais, mais pas tout le monde souhaite les partager. Nous avons commencé des discussions et nous avons élaboré une politique de gestion des données (qui n’est pas encore lancée). Il faut cependant gérer les données avant de les partager, et la discussion va évoluer de manière rapide, avec beaucoup de parties prenantes. Il existe aussi des programmes tels que Connexion qui peuvent aider les chercheurs à penser davantage au partage.

FB – Les comités d’éthique sont-ils ouverts à ce partage ?

TH – La tension entre utilisateurs et comités d’éthique n’existe en général plus car les comités comprennent que le partage d’information est important, dans le respect des droits des personnes et la connaissance des dangers d’un partage irresponsable. Il y a eu une compréhension mutuelle à propos des bénéfices et des dangers.

FB – Avez-vous perçu des changements de pratiques dûs à l’épidémie ?

TH – La pandémie a aidé à faire avancer les discussions, mais pas tant les pratiques. Il n’y a apparemment pas d’initiative d’échange en termes de données sur les vaccins. Par contre, beaucoup d’articles produits sont librement accessibles.

La Conseillère scientifique en chef du Canada a demandé aux éditeurs de publications savantes de rendre immédiatement accessibles tous les articles sur les coronavirus. Le CRSH a demandé la même chose aux chercheurs qu’il subventionne dans le cadre de ses deux occasions de financement de recherches portant sur la pandémie. C’est un début, mais c’est déjà bien différent de ce qui se faisait par le passé, où les chercheurs avaient toute la latitude pour décider du libre accès ou non de leurs publications.

FB – Quelles pistes voyez-vous pour mieux soutenir la recherche en français, au niveau du CRSH, à celui du gouvernement et à l’international ?

TH – Nous offrons beaucoup d’incitatifs, ainsi qu’un programme d’aide aux revues savantes. Nous suivons de près les taux de réussite des demandes présentées dans les deux langues, qui sont assez stables au fil des ans et des concours. Le grand problème, c’est que les scientifiques et les chercheurs n’ont pas accès facilement à ces données. Ils ont l’impression que le taux de réussite est inférieur si une demande de financement ou un article est soumis en français, mais ce n’est pas ce qu’on observe pour les sciences humaines. En fait, les chercheurs sont bien encouragés à soumettre leurs demandes de subvention en français, les chances sont presque équivalentes. Par exemple, pour les demandes de partenariat, il y a un taux de réussite supérieur pour les projets présentés en français.

Les chercheurs « ont l’impression que le taux de réussite est inférieur si une demande de financement ou un article est soumis en français, mais ce n’est pas ce qu’on observe pour les sciences sociales et humaines »

Ted Hewitt

FB – Les IRSC ont décidé de donner plus d’espace texte aux demandes en français, vu que la langue requiert des formulations plus longues. Est-ce aussi en place chez vous?

TH – Nous travaillons à mettre nos systèmes à jour pour que cela soit pris en compte en compte lors de la conception de formulaires, c’est un sujet auquel il faut prêter attention.

FB – Avez-vous des programmes spécifiques à la langue française ?

TH – On essaie de travailler dans les programmes en français, il n’est pas nécessaire actuellement de soutenir plus particulièrement les demandes en français. Le CRSH encourage les chercheurs et les étudiants à soumettre leur demande de financement dans la langue officielle de leur choix. Nous faisons par ailleurs beaucoup de sensibilisation avec nos intervenants et nos activités de rayonnement en français, nous participons aux congrès de l’Acfas, et je visite régulièrement les établissements francophones au Québec et hors-Québec, pour maintenir un dialogue avec les communautés de recherche francophones.

FB – Selon les entrevues précédentes, les sciences sociales et humaines semblent plus propices aux publications en français, mais moins enclines à la diffusion ouverte des données – il y a une habitude de détruire les données après analyse. Qu’en dites-vous ?

« On a besoin de convaincre que le français n’est pas seulement admissible, mais encouragé. […] le défi est d’attirer des évaluateurs francophones pour participer à nos comités de sélection.

TED HEwitt

TH – Les grandes revues sont principalement en langue anglaise. Heureusement, on a davantage de recherche francophone dans les sciences sociales et humaines – bien sûr, cela dépend des disciplines. La croyance qu’il vaut mieux soumettre en anglais est bien ancrée. On doit s’assurer que les personnes qui participent aux comités des revues puissent lire et comprendre les deux langues. On a un système d’observateurs, qui vérifient si cela a marché, et généralement ça marche. On a besoin de convaincre que le français n’est pas seulement admissible, mais encouragé. C’est différent quand je visite des établissements au Québec : le défi est d’attirer des évaluateurs francophones pour participer à nos comités de sélection. Il y a un défi surtout dans les communautés francophones. On communique avec les membres des communautés, et il existe une certaine fatigue de participer à des comités de sélection. C’est un travail volontaire, non une obligation, et plutôt une responsabilité : les décisions de financement sont prises par les chercheurs.

Le CRSH ne recueille pas systématiquement de données sur le taux de refus des chercheurs de participer aux comités de sélection (évaluation par les pairs) selon la langue. Par contre, le CRSH perçoit une tendance où il y a plus de chercheurs francophones qu’anglophones qui ne sont pas disponibles pour participer à des évaluations par les pairs. Nous travaillons à mettre à jour cette information, que le CRSH transmettra aux établissements en temps voulu. Nous savons toutefois que le taux de refus global des chercheurs invités à faire partie de comités d’évaluation par les pairs (francophones et anglophones confondus) s’élevait à près de 70 p. 100 en 2019.

Le CRSH amasse de l’information sur le profil linguistique des membres qui participent aux comités de sélection ainsi qu’à l’examen des demandes soumises en français, afin d’assurer une représentation équitable des chercheurs francophones. Ainsi, en 2019-2020, 25 p. 100 de l’ensemble des membres de comités utilisaient le français comme langue de correspondance alors que le taux des demandes soumises en français était de 17 p. 100 pour l’ensemble des programmes.

FB – Quelles actions sont à faire ?

TH – On doit communiquer les taux de réussite aux concours, dire que c’est bien encouragé de travailler et d’étudier en français, que c’est important pour les chercheurs, les étudiants et le grand public. On appuie beaucoup de revues savantes non commerciales, y compris celles qui publient dans plusieurs langues, notamment pour financer leurs opérations. Il n’y a pas de programmes spécifiques pour financier la traduction, par contre s’agit d’une dépense éligible dans le cadre des subventions du CRSH. La manière de financer cela demeure à établir, en collaboration avec un autre organisme par exemple.

FB – Avez-vous un guide pour budgétiser ces frais ?

TH – Oui, voir les coûts admissibles [fournis après la rencontre, voir bloc ci-dessous]. 

Le CRSH considère les coûts de la diffusion en libre accès et de traduction de la recherche reliés directement à un projet financé comme étant des dépenses admissibles. Cela comprend :
– les coûts de conception d’un site d’information ;
– les coûts de diffusion des résultats de la recherche ;
– les coûts de publication d’articles, y compris les coûts de publication dans une revue à accès libre et les coûts devant permettre le libre accès à un article ;
– les coûts de préparation d’un manuscrit aux fins de publication ;
– les coûts de traitement des livres ;
– les coûts de traduction associés à la diffusion des résultats de la recherche.

En ce qui concerne les coûts de traduction, le programme Prix d’auteurs pour l’édition savante, financé par le CRSH, accorde cinq subventions de traduction de 12 000 $ chaque année. Les subventions financent la traduction d’ouvrages savants rédigés par des Canadiens en français, en anglais ou dans une des langues autochtones canadiennes vers l’une ou l’autre de ces langues.

FB – Qu’en est-il des logiciels et du matériel de recherche en source ouverte ?

TH – En ce qui concerne les logiciels, il y a la Nouvelle organisation d’infrastructure de recherche numérique, financée par le Ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, qui débute ses activités. La Coalition Publica, un partenariat réunissant Érudit et le Public Knowledge Project, est un exemple d’une initiative novatrice qui vise la diffusion de la recherche canadienne et la transition vers un libre accès pérenne. Le réseau Portage offre des ressources importantes à l’appui de la gestion des données. Mais le CRSH est un organisme qui finance les chercheurs et les étudiants, alors que le financement des éléments porteurs est guidé par les autres organismes du milieu de la recherche. Sur le matériel même, les discussions se poursuivent.

FB – Merci.


Ce contenu peut être partagé et adapté sous certaines conditions : voir la page crédits.

Citation : Balli Fabio. Entrevue avec Ted Hewitt, président du Conseil de recherches en sciences humaines. Favoriser la recherche avec les sciences ouvertes 2020; 6. ISSN 2563-5905. https://sciencesouvertes.hypotheses.org/72


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.